7 - La victime se plaint d’un malaise


La victime est consciente, ne se sent pas bien et présente des signes
visibles de malaise.

7.1 Définition



Un malaise est une sensation pénible traduisant un trouble du fonctionnement
de l’organisme, sans que le sujet qui l'éprouve puisse en identifier obligatoirement
l’origine. Il peut être fugace ou durable, de survenue brutale ou progressive.
Un malaise traduit une défaillance, temporaire ou durable, d’une partie de l’organisme, sans que ce trouble entraîne initialement une inconscience, un arrêt respiratoire ou un arrêt cardiaque. Certaines personnes présentent des malaises répétitifs, souvent identiques (cardiaques, diabétiques, asthmatiques).

 

7.2 Risques



Certains malaises sont dits graves car ils peuvent être révélateurs d’une situation pouvant à tout moment entraîner une détresse vitale. Ces malaises graves appellent une réponse immédiate par l’intervention des secours d’urgence, éventuellement après administration du traitement prescrit à la victime pour ce type de situation.

 

7.3 Conduite à tenir


Devant une victime consciente, qui dit ne pas se sentir bien.

1. Observer les signes de malaise. Le sauveteur peut rencontrer diverses situations qui traduisent la gravité d un malaise et qui nécessitent le recours à un avis médical immédiat.

La victime réagit et répond aux questions.
– Elle ressent une douleur serrant la poitrine ou une douleur du ventre intense, qui dure ou qui se répète.
– Elle a froid, est couverte de sueurs abondantes, sans avoir fourni d’effort ou sans que la chaleur environnante soit importante ; elle présente une pâleur intense.
Chez la victime à peau halée ou colorée, la pâleur peut être appréciée à la face interne des lèvres.
– Elle a du mal à respirer, ne peut plus parler ou le fait avec grandes difficultés.
– Elle présente une paralysie du bras ou de la jambe, même transitoire, a du mal à parler et a la bouche déformée.

2. Mettre la victime au repos. La victime doit être mise au repos immédiatement.
Il faut la rassurer en lui parlant sans énervement, la calmer.
Si la victime est agitée, l’isoler.
En cas de gêne respiratoire, l’installer en position assise ou demi-assise ; dans les autres cas, l’allonger sauf si elle adopte spontanément une autre position.

3. S’enquérir de son état de santé habituel. Poser quelques questions simples à la victime ou à son entourage pour avoir des renseignements utiles pour la suite :
– Depuis combien de temps dure ce malaise?
– Avez-vous déjà présenté ce type de malaise?
– Prenez-vous des médicaments?
– Avez-vous été gravement malade ou hospitalisé ?

4. Prendre un avis médical. Le sauveteur doit obtenir immédiatement un avis médical ou appeler une structure spécialisée dans l’urgence médicale (Centre 15).
Cet appel ne doit pas être différé, même à la demande de la victime.
Le sauveteur veillera à transmettre de façon précise ce qu il a observé et entendu.

5. Surveiller la victime. Parler régulièrement à la victime.
– Si elle parle, elle est consciente : poursuivre la surveillance et lui expliquer ce qui se passe pour la réconforter.
– Si elle ne répond plus, pratiquer les gestes qui peuvent alors s’imposer.
Signaler l’aggravation en rappelant les secours.

 

7.4 Cas particulier



Prise habituelle de médicament ou de sucre


Dans certaines maladies, un traitement particulier doit être pris en cas de malaise.
Dans ces cas, le traitement et les doses à prendre sont connus par la victime et ont fait l’objet d’une prescription préalable par son médecin.
1. Si une victime le demande, ou sur consigne du médecin du centre 15 préalablement alerté, il faut aider la personne à prendre ce traitement en respectant les doses prescrites par son médecin.
2. De même, si une victime demande spontanément du sucre, lui en donner, de préférence en morceaux.

 

TAB. 7.1 – La victime consciente se plaint d’un malaise.