3 - La victime s'étouffe


3.1 Définition


Le mouvement de l’air entre l’extérieur et les poumons est complètement empêché
du fait d’une obstruction totale des voies aériennes.

 

 

3.2 Risques


Les voies aériennes permettent le passage de l’air de l’extérieur vers les poumons et inversement.
Si ce passage est interrompu, l’oxygène n’atteint pas les poumons et la vie de la victime est immédiatement menacée.

 

3.3 Signes


La victime est le plus souvent en train de manger, ou, s’il s’agit d’un enfant, en
train de jouer avec un objet porté à sa bouche.
Brutalement, la victime :
– porte sa main à sa gorge,
– ne peut plus parler,
– garde la bouche ouverte,
– fait des efforts pour respirer sans que l’air n’entre ni ne sorte,
– ne peut plus tousser.

 


FIG. 3.1 – Obstruction brutale des voies aériennes

 

 

3.4 Conduite à tenir


La victime se présente habituellement debout ou assise :

1. laisser la victime dans la position où elle se trouve ;

2. constater l’obstruction totale des voies aériennes ;

3. désobstrer les voies aériennes en lui donnant 5 claques dans le dos ;

4. en cas d’inefficacité des claques dans le dos, réaliser 5 compressions abdominales
selon la méthode décrite par Heimlich.

5. constater l’efficacité des claques dans le dos ou des compressions abdominales.


Les manoeuvres de désobstruction sont efficaces :
Le corps étranger peut se dégager progressivement au cours des différentes
tentatives ; l’efficacité des manoeuvres peut s’évaluer sur :
– l’expulsion du corps étranger ;
– l’apparition de toux ;
– la reprise de la respiration.

Après expulsion du corps étranger, le sauveteur doit parler à la victime, la réconforter
et demander un avis médical au 15.


L’obstruction persiste malgré tout :
– réaliser à nouveau 5 claques vigoureuses dans le dos puis 5 compressions
abdominales et ainsi de suite ;
– arrêter les manoeuvres dès que la désobstuction est obtenue ou si la victime
perd connaissance ;
– faire alerter les secours d’urgence.

La victime perd connaissance :
Si la victime perd connaissance, pratiquer alors les gestes qui peuvent s’imposer.

 

3.5 Justification


Ces techniques doivent permettre d’expulser le corps étranger bloqué dans les
voies aériennes de la victime et restaurer un libre passage de l’air.

 

3.6 Techniques


3.6.1 Claques dans le dos

– Se placer sur le côté et légèrement en arrière de la victime ;
– soutenir son thorax avec une main et la pencher suffisamment en avant pour que l’obstacle dégagé sorte de la bouche plutôt que de retourner dans les voies aériennes ;
– lui donner 5 claques vigoureuses dans le dos, entre les deux omoplates avec le plat de l’autre main ouverte ;
– arrêter les claques dans le dos dès que la désobstruction est obtenue.

 



3.6.2 Compressions abdominales, méthode de Heimlich :

– Se placer derrière la victime, contre son dos, (en fléchissant les genoux pour
être à sa hauteur si la victime est assise), passer les bras sous les siens de part
et d’autre de la partie supérieure de son abdomen ;

– s’assurer que la victime est bien penchée en avant pour que l’obstacle dégagé
sorte de la bouche plutôt que de retourner dans les voies aériennes ;

– mettre le poing sur la partie supérieure de l’abdomen, au creux de l’estomac,
au dessus du nombril et en dessous du sternum ; ce poing doit être horizontal,
le dos de la main tourné vers le haut ;

– placer l’autre main sur la première, les avant-bras n’appuyant pas sur les
côtes ;

– tirer franchement en exerçant une pression vers l’arrière et vers le haut ;

– le corps étranger devrait se débloquer et sortir de la bouche de la victime ;

– si le corps étranger n’est pas délogé, répéter cette manoeuvre jusqu à 5 fois ;

– si le corps étranger n’est pas rejeté, il peut être resté dans la bouche de la
victime ; dans ce cas, il faut le rechercher et le retirer prudemment avec les
doigts.

 


Compressions abdominales

 


Le but de cette manoeuvre est de comprimer l’air contenu dans les poumons de
la victime et d’expulser le corps étranger hors des voies aériennes par un effet de
« piston ». Suivant l’importance et la position du corps étranger, plusieurs pressions
successives peuvent être nécessaires pour l’expulser.

 

3.7 Cas particuliers


3.7.1 Obstruction totale des voies aériennes chez le nourrisson

Si un nourrisson présente une obstruction brutale et totale des voies aériennes
par un corps étranger :

Réaliser 5 claques dans le dos :

– Coucher le nourrisson tête penchée en avant à califourchon sur l’avant-bras,
de façon à ce que sa tête soit plus basse que le thorax et facilite la sortie du
corps étranger.

– Maintenir la tête avec les doigts de part et d’autre de la bouche tout en évitant
d’appuyer sur sa gorge.

– Donner 5 claques dans le dos, entre les deux omoplates, avec le plat de la
main ouverte ;

Après les 5 claques dans le dos, si le corps étranger n’a pas été rejeté, procéder
comme ci-après.

 


Désobstruction des voies aériennes chez le nourrisson


Réaliser 5 compressions thoraciques :

– Après avoir réalisé les 5 claques dans le dos, placer votre avant-bras contre
le dos de l’enfant et votre main sur sa tête ; le nourrisson est alors entre vos
deux avant bras et vos deux mains.

– Le retourner sur le dos tout en le maintenant fermement ; l’allonger tête basse
sur votre avant-bras et votre cuisse.

– Effectuer 5 compressions sur le devant du thorax, avec 2 doigts, au milieu de
la poitrine, sur la moitié inférieure du sternum, sans appuyer sur son extrémité
inférieure.

– Après les 5 claques dans le dos et les 5 compressions thoraciques, vérifier
que le corps étranger n est pas dans la bouche.

– Délicatement, retirer le corps étranger s’il est visible et accessible.

– Si le corps étranger est expulsé, parler continuellement au nourrisson pour le
calmer.

– Si le corps étranger n’est pas expulsé :

– répéter le cycle successivement en alternant les claques dans le dos
avec les compressions thoraciques ;

– faire alerter les secours d’urgence ;

– continuer jusqu’à obtenir une désobstruction des voies aériennes ou
jusqu à la perte de connaissance du nourrisson.


3.7.2 Obstruction partielle des voies aériennes

Si l’ obstruction des voies aériennes n’est pas totale, la victime a du mal à
respirer, fait des efforts de toux et parfois présente un sifflement respiratoire. Bien
souvent, elle est capable d’expulser elle-même le corps étranger.
En aucun cas le sauveteur ne doit pratiquer les techniques de désobstruction
décrites ci-dessus, car elles risqueraient de mobiliser le corps étranger et de provoquer
une obstruction totale des voies aériennes et un arrêt de la respiration. Il doit
alors :
– la laisser dans la position dans laquelle elle se sent le mieux, le plus souvent
assise ;
– demander un avis médical en appelant le 15.

 




La victime s’étouffe