La lettre

Auteur: Eva Jorigne

3ème prix niveau 5ème

INCIPIT

 

A mon cour de violon, j'ai vraiment mal jouer. Ma professeur m'a demandé ce qu'il se passait et pourquoi je jouais ainsi. Je n'ai pas su répondre. Le fait de me sentir observée à chaque fois que je fais quelque chose me rend mal à l'aise. Mon cours est fini. Je ne veux pas partir de l'école de musique. Je n'ose plus regarder ni observer quoi que ce soit, de peur de revoir ce garçon. Je ne sais pas pourquoi, mais je sens que si je lui adresse la parole ou que je m'approche de lui, il va m'arriver quelque chose. Il est 19 heures. Papa est rentré à la maison et doit sans doute m'attendre. Pas le choix. Je dois partir. Sans réfléchir, je cours vers le drone et aperçoit sans le vouloir, ce garçon si mystérieux. Je n'ose plus le regarder. Je démarre le drone et dit ma destination à haute voix. Je le cherche discrètement des yeux, mais celui-ci a déjà disparu derrière le buisson d'où il m'observait. Je suis arrivée chez moi, et papa m'attend pour manger:

«-Tu arrives au bon moment! Nous allons regarder cette minuscule pizza devenir une énorme pizza!»

Nous avons économisé pour nous offrir le four moderne dernière génération. Adieu le XXIe siècle! Il suffit simplement de placer une pizza miniature dans le four, attendre 30 secondes, et hop! C'est prêt! Désormais,  la pizza est débordante de fromage, fondante à cœur, et ultra moelleuse! Nous regardons la minuscule pizza grandir. Une fois que c'est prêt, nous la sortons du four et la dégustons. C'est absolument délicieux! Mais bon, je ne vais pas non plus vous raconter mon repas entier. Après ce repas bien copieux, je vais me coucher et essayer de ne plus penser à ce garçon qui m'observe.

Le lendemain matin, pendant que je déjeunais dans le salon, mon père débarque, une lettre à la main :

«- Du courrier pour toi! m'annonce-t-il. Bizarre, je n'attendais pourtant aucune lettre de qui que ce soit. Je finis mon bol de céréales, file me préparer pour aller au lycée. En m'en allant à l'arrêt de bus, je prends la lettre et décide de la lire :

«-Bonjour,

Rejoins moi ce soir, dans le petit bois près de chez toi.»

La lettre était signée «anonyme». Je ne savais pas quoi penser. Serait-ce une erreur de destination ? Une mauvaise blague? Ou alors...le mystérieux garçon ? Un klaxon me fait sursauter. J'étais tellement absorbée  par la lettre que j'en ai oublié mon bus. Une fois arrivée au collège, je montre la lettre à Eva qui qui fait les gros yeux :

«- C'est peut être le garçon qui t’espionne! » me dit-elle.

- Je ne pense pas. Ce doit être une personne...spéciale je pense. Regarde comme c'est écrit! » Eva hausse les épaules. Je replie la lettre puisque ça sonne. Je pense que je devrais oublier cette histoire et ne pas aller au petit bois ce soir. Je passe une journée ordinaire, c'est à dire : un 11,5 en maths, un 13 en français et un 12 en SVT. En perspective, mes résultats habituels. Cette journée bien ennuyeuse est désormais finie. Je rentre chez moi, il est 18 heures. Mon père n'est pas à la maison ce soir car il a du travail. Il ne reviendra qu'à 23 heures. Mais comment cette personne qui m'attendait ce soir a su que j'étais seule et que je pouvais donc aller à sa rencontre? Cela voudrait dire qu'il me connaît! Je vais faire mes devoirs . 19 heures. Je décide d'y aller. Il fait assez froid en cette soirée printanière. Je traverse une forêt remplie d'orties et de houx, comme si la nature était vivante et me demandait de faire attention car je suis sur son territoire. Cette forêt me rend mal à l'aise. Il y a un puits abandonné où n'importe qui peut rester coincé à l'intérieur, une vieille cabane où j'ai l'impression (une fois de plus) d'être observée. J'aimerais rentrer chez moi, courir à toutes jambes. Mais la curiosité et le besoin de savoir qui se cache derrière cet «anonyme» l'emporte. Enfin, dans mes pas les plus silencieux, j'arrive à un lieu mystérieux. Il y a un demi-cercle de pierre d'au moins 2 mètres de hauteur, encerclant une femme à l'apparence assez jeune qui semble habillée...de noir des pieds à la tête. Elle a un habit extrêmement moulant, semblable à une combinaison de plongée. Elle est assise sur une souche, dos à moi. Il fait de plus en plus froid. Je ne pus retenir un éternuement. Celle-ci se retourne brusquement et se lève très gracieusement. Elle s'arrête et me fit signe de m'avancer. Je connaissais cette personne. Cheveux bouclés noirs et soyeux, yeux verts… cette façon qu'elle avait de faire les choses était très hypnotisant. Même réconfortant. Sans m'en rendre compte, j'avance vers elle. Je suis décidément très attirée. Et, elle me dit doucement :

«-Bonjour, ma fille. Je suis contente que tu aies pu venir.

-Bonjour, qui êtes-vous et pourquoi m'appelez vous ainsi?

-Je sais que cela peut être assez choquant, mais je suis ta mère.

-Pardon? J'ai une sensation de vous avoir déjà vu mais...est-ce une blague?

-Non. C'est la vérité. Te faire venir ici est le seul moyen de te faire venir dans mon monde bien plus beau, bien plus attractif. Mais peut-être as-tu besoin d'explications avant de t'embarquer dans cette aventure? »

C'est vrai. Les souvenirs qui me reviennent évoquent le doux visage de ma mère. Celui qui se trouve actuellement devant moi. Serait-ce… une hallucination? Ma mère est morte. Je ne crois pas en la réincarnation.

«-Stop! Ma mère est mort! Que faîtes-vous habillée ainsi? Vous paraissez tout droit sortir d'un film d'action ! Si vous l'êtes réellement, prouvez-le moi! 

-Très bien. Elle sort une carte très étrange. Une photo d'identité et une signature d'engagement y était inscrite avec le logo A.E.F : Académie Des Espions Futuristes. A ce moment là, je suis inconsciente :

-J'aimerais des explications, dis-je.

-Lorsque tu avais trois ans, mon frère, que tu as déjà croisé, a reçu le même message que celui que je t'ai écrit. Il a été transporté dans l'au delà, actuellement où j'habite. J'ai envoyé mon frère t'espionner durant quelques temps, afin de m'assurer que tu sois assez mature et sans trop de personne dans ton entourage qui puisse t'empêcher de venir. La lettre dont je t'aie parlé, je l'ai reçue aussi. Aujourd'hui, je suis espionne. Tu as toi aussi reçu cette lettre. J'ai de formidables enfants dans l'au delà qui rêveraient de te rencontrer. Et aujourd'hui, c'est ma seule chance de t'emmener dans mon monde et de te faire rencontrer ta vraie famille. » Je suis prise de panique. La seule chose que je trouve à dire c'est :

-Je ne suis pas sûre… écoutez, j'en ai trop entendu. Partez maintenant. » Elle paraissait déçue et cherchait quelque chose qui puisse me convaincre. Mais alors, la dure réalité me convainc que ma mère était morte. Je n'aurais même pas du demander d'explications. J'aurais juste dû partir.

-Prends une décision, je n'ai pas tout mon temps alors dépêche toi!

-La réponse est non. Je n'abandonnerai jamais mes proches pour partir avec une inconnue. Les espions m'ont toujours fait peur. Au revoir. Je tourne les talons mais elle ne lâche pas le morceau :

-Ne t’enfuis pas! Tu ne voudras donc jamais connaître un monde meilleur, où règne la joie et la liberté? Et ta mère? Ta pauvre mère!

-J'en ai rien à faire. Vous n'êtes pas ma mère. Combien de fois devrais-je vous le répéter? Vous n'êtes qu'une affreuse personne déguisée!

-C'était ta seule chance de t'en aller avec moi! Et bien, si tu le prends comme ça, adieu! »

Sur ces belles paroles, l'inconnue disparut dans un nuage de fumée. Que s'était-il passé? Ce n'était pas commun de disparaître ainsi. Était-ce réellement ma mère? Affolée, je rentre chez moi. Je raconte tout à mon père qui en a craché son café et m'a dit de ne plus parler de maman et que j'avais fait un mauvais rêve. Eva aussi s'est bien moquée de moi. Hélas, je ne connaîtrais jamais la vérité et cette femme me hantée. Qui était-elle vraiment ? Mon père connaissait-il cette histoire?